contactez-nous
Merci, votre message a bien été envoyé.

*Champs obligatoires

Les idées reçues sur les projets informatiques Offshore

04/10/2016

A cause de mauvaises expériences ou d’une mauvaise image, beaucoup d’entreprises se font une mauvaise idée de l’offshore. Retour sur quelques mythes.

L’offshore n’a pas bonne presse, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais, quel rapport entre l’externalisation d’un projet informatique et le scandale des Panama Papers ? Ne cherchez pas, il n’en existe pas. Aujourd’hui encore, la méprise est totale et ce n’est pas le seul problème. Voici plusieurs idées reçues sur l’externalisation d’un projet informatique en offshore.

« Des prestations offshores ? Je ne connais pas. En revanche, si vous parlez d’outsourcing en France ou à l’étranger, là, je veux bien parler. »

Nous le disions plus haut. Le simple terme d’offshore suscite tous les fantasmes, alors qu’il ne s’agit que d’externaliser son projet informatique ailleurs qu’en France. Rappelons-le : l’offshoring est le moyen pour une entreprise d’obtenir des ressources compétentes à un prix plus attractif. Elle peut également vous aider à surmonter une surcharge d’activité ou à bénéficier d’une souplesse RH. En clair, elle vous évite de licencier.

Opter pour cette méthode de travail peut vous enlever une bonne dose de stress, à la condition de choisir le bon partenaire informatique offshore.

« De l’outsourcing offshore ? Non merci. J’ai eu une mauvaise expérience en Asie »

Quand on parle d’offshore informatique, beaucoup d’entreprises pensent à une armée de développeurs pakistanais. Certes, les prix sont compétitifs, mais la qualité pêche très souvent. Il y a plusieurs raisons à cela : manque de transparence, problème de communication, différence de culture, décalage horaire, turnover incessant, etc.

Mais, pourquoi aller aussi loin ? Une entreprise peut externaliser son projet informatique dans une zone bien plus proche de notre culture et de notre fuseau horaire. Par exemple, Bocasay possède une équipe de développeurs compétents à Madagascar. En plus de parler le français, il n’y a que deux heures de décalage horaire au maximum, ce qui rend le processus beaucoup plus simple.

Autre avantage, pour le prix d’un développeur en France, vous pouvez bénéficier des compétences de 4 développeurs confirmés à Madagascar. Vos ambitions peuvent être plus grandes.

« Quoi ?! De l’outsourcing offshore ? Et pourquoi vous me contactez moi ? Qu’est-ce qui peut vous faire croire que je suis intéressé ? Bon, d’accord, envoyez moi une documentation »

C’est un fait. Pour beaucoup d’entreprises, l’externalisation en offshore ne les concerne pas. En tout cas, ils ne veulent pas être perçus comme tels. « Beaucoup de nos clients ne veulent pas que cela se sache. Ils craignent d’avoir une mauvaise image. Quant aux clients satisfaits, ils ne souhaitent pas forcément communiquer. Résultat, seules les mauvaises expériences ressortent », estime le co-fondateur de Bocasay, Romain Juillet.

Beaucoup cependant d’entreprises avouent être intéressées et sont prêtes à faire un essai. Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle.

« Mais, ils ont l’électricité vos ingénieurs à Madagascar ? »

Evidemment, il est difficile d’externaliser un projet informatique sans électricité… Pourtant, la question revient régulièrement. La faute à la méconnaissance d’un pays qui, avouons-le, entre rarement dans le radar de l’actualité française. Cependant rassurez-vous, Bocasay dispose d’une logistique haut de gamme : groupe électrogène, double fibre optique, PC puissants, salle de visio-conférence, etc.

Et puis, il y a aussi des ingénieurs français à Madagascar. De plus, le turn-over est très faible, notamment grâce à la forte politique RH mise en place pour les collaborateurs français et malgaches. Bocasay cherche toujours à travailler sur le long terme, tant pour ses clients que pour ses collaborateurs. C’est un engagement fort que nous prenons très au sérieux.


logo
Nous vous accompagnons dans l’externalisation de vos développements web.

Forfait

ou

équipe dédiée

Bocasay c’est aujourd’hui une équipe de plus de 50 passionnés entre la France et Madagascar. Nous partageons tous l’ambition de devenir un des leaders du développement web francophone dans l’océan indien.